« La plume » continue les balades urbaines au cœur de Montauban et vous dévoile son œuvre.
Le voici.

ancienne rue - gazette - cow-boy - la plume

 

Je marche, Rue des Soubirous Bas à minuit passé. Je vois deux hommes devant une vitrine de magasin, l’un assis par terre, l’autre en fauteuil roulant. Ils m’intimident. Celui par terre me demande une cigarette. Il a les yeux bleus turquoise. Je remarque les bouteilles d’alcool vides à côté d’eux. Je décide de ne pas y prêter attention, et donne une cigarette. L’homme en fauteuil explique que son ami est un gitan, ou un cow-boy des temps modernes, selon lui. Les effluves d’alcool aidant, il précise qu’il s’est battu dans un bistrot il y a quelques jours, et qu’il s’est fait casser deux côtes. Je le remarque lorsqu’il rigole : il grimace et pose une main contre son flanc gauche. Le cow-boy des temps modernes me dit qu’il travaille dans un cirque et qu’il fait tout un tas d’acrobaties, tandis que l’autre parle seul en expliquant que le champagne est réservé aux grandes personnes. L’acrobate me propose une démonstration, en remerciement pour la cigarette. J’ai peur pour lui, car il est tout aussi alcoolisé que son ami. Malgré mon désaccord à cause de ses côtes brisées, il exécute un poirier parfait, suivi d’un salto arrière totalement maîtrisé. Pas un tremblement, pas le moindre signe de souffrance. Je me dis qu’il est doué, et je relativise sur la douleur de mes bobos. On se quitte avec un sourire, et une cigarette à moitié consumée.Je me demande alors pourquoi j’ai eu peur de passer à côté d’eux. Je me dis que j’oublie d’être humain, et de donner une chance à l’inconnu, au nouveau. Donnons-nous une chance à ces personnes invisibles ? Osons-nous nous arrêter pour apprendre à les connaître ? Leur offrons-nous un sourire de temps en temps ? Je me dis que ces deux amis passaient un bon moment ensemble, et qu’ils ne gênaient personne à cet heure-ci. Je ne regrette pas de leur avoir donné une cigarette.Je me demande à quoi ressemble un cow-boy des temps modernes.

La plume