Et si on vous disait que la recherche d’emploi pouvait rimer avec solidarité et entraide? Qu’ensemble, avec une action collective, on peut rompre avec les codes du marché de travail et aller à la rencontre des employeurs directement sur leur lieu de travail.

C’est ce que prouve l’association Avie en lançant pour la troisième année consécutive une opération de recherche d’emploi en équipe, le Markethon.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, petite explication de cette démarche.

Markethon c’est une action collective de recherche d’emploi en équipe, ouverte à tous les demandeurs d’emploi issus des quartiers prioritaires de la ville de Montauban, quels que soient leur âge ou leurs profils.

L’originalité de cette opération est double : d’une part, c’est une action menée sur le terrain par les demandeurs d’emploi eux-mêmes, et d’autre part, le fait de rechercher pour le groupe, et pas pour soi donne plus d’assurance et motive davantage. Cette cohésion, ce partage permettent aux personnes en recherche d’emploi de sortir de cet isolement, de reprendre confiance en eux et de dynamiser les recherches. C’est une expérience valorisante, riche et très formatrice.

Menée sur plusieurs jours, cette démarche a rassemblé une trentaine de candidats !  Des ateliers de préparation en amont ainsi que l’organisation logistique de cette opération ont mobilisé de nombreux acteurs de l’emploi mais aussi des associations.

Le jour de l’action, chaque binôme a prospecté les entreprises environnantes selon le secteur attribué, et a ramené des intentions d’offres d’emploi pour tout le groupe.

Le Pont des Savoirs a notamment accompagné Martine et Doriane dans cette démarche originale, et a constaté que la plupart des entreprises les accueillent avec sympathie, et acceptent de discuter des offres d’emploi jusque-là « cachés » ou inconnus.

En fin de matinée, les équipes se sont retrouvées ensemble à la Maison des Associations pour un débriefing convivial ainsi qu’une mise en commun de 30 offres récoltées autour d’un agréable repas.

Chaque groupe a ainsi exprimé son opinion sur le déroulement de l’opération, et a listé les enseignements de cette expérience pour leurs démarches futures.

 

Nous avons pu en profiter pour leur poser quelques questions…

 

Pont des savoirs : Pouvez-vous vous présenter et dire quelques mots sur votre recherche d’emploi ?

Marie-Claire, 40 ans : « Je suis sur Montauban depuis quelques années et je viens de participer au Markethon. Je travaille dans une association de réinsertion professionnelle qui s’appelle Inservest et c’est par ce biais-là que j’ai découvert Markethon. C’est à partir de là que j’ai rencontré diverses personnes de différentes organisations ».

Ma recherche d’emploi a été un petit peu ambigüe car il fallait que je me remette en question. Il y a des domaines qui me plaisent mais je ne suis pas qualifiée. Il faut que je cible mon ambition professionnelle et définisse mon projet professionnel. Marketon m’a permis de découvrir pas mal de petits métiers ».

Dhana, 36 ans : « Je suis d’origine indienne, j’ai 3 filles, j’ai fait mes études en Inde. Je suis en France depuis 14 ans. J’ai appris le français en France, et comme je parle anglais, ça m’a beaucoup aidé. En Inde, j’ai un BAC +3 en comptabilité. Ici, je suis à la recherche d’emploi.  Pour l’instant, je cherche dans n’importe quel domaine pour avoir de l’expérience et après je vais faire d’autres choses.

Pour la recherche d’emploi, ce n’est pas toujours facile, il faut vraiment travailler dessus, il faut faire beaucoup de démarches et faire étape par étape ».

 

Pont des Savoirs : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans vos recherches d’emploi ?

Marie-Claire : « Montauban n’est pas une très grande ville, et comme à mon arrivée sur Montauban j’ai eu quelques soucis personnels, ça a eu des répercussions, et du coup, j’ai l’impression que les portes se sont fermées et on n’a pas souvent une deuxième chance ».

Dhana : « Comme je ne suis pas véhiculée, c’est plus compliqué pour moi. Les horaires de bus ne sont pas toujours suffisants. Ce n’est pas évident de trouver un emploi avec des horaires de bureau pour mieux concilier la vie familiale et la vie professionnelle. Je dois m’organiser pour trouver quelqu’un pour garder les enfants. Je souhaiterais aussi être disponible pour les devoirs de mes filles ».

 

Pont des Savoirs : De quoi auriez-vous besoin pour vous aider à trouver un emploi ?

Marie-Claire : « j’aurais besoin qu’on remette de l’ordre dans mes démarches administratives  afin de m’engager pleinement dans ce que je veux faire ».

Dhana : « Pour l’instant, ce qui me manque dans mes recherches d’emploi, c’est le permis de conduire et les expériences ».

 

Pont des Savoirs : Pensez-vous que faire des recherches d’emploi seul est plus compliqué ?

Marie-Claire : « J’arrive à le faire seule, ce n’est pas très compliqué mais en groupe c’est sympa aussi, ça donne du dynamisme, et ça va plus vite ».

Dhana : « Je préfère le faire en groupe plutôt que de rester seule, ça me motive plus ».

 

Pont des Savoirs : La matinée est finie : qu’en retenez-vous ?

Marie-Claire : « J’en retiens que ça fait du bien ! Se retrouver en groupe, avec divers intervenants, c’est super car ça permet de sortir de son isolement et de ses appréhensions personnelles,  c’est le fait de rester soi-même malgré le regard des autres ».

Dhana : « C’était une belle expérience pour moi ! Très positive ! Même si cela ne débouche sur rien, j’ai appris comment faire les démarches nécessaires à la recherche d’emploi ».

 

Commissariat Général pour l’Égalité des Territoires