Dossier aux somptueuses incrustations du trône plaqué d’or découvert dans la tombe de Toutankhamon

Etudiante au lycée Antoine Bourdelle à Montauban, je souhaite partager avec vous ma passion : l’Egypte ancienne.

Cette admiration pour cette civilisation antique a commencé lorsque j’étais en 6ème.

Dans le cadre du programme scolaire d’Histoire de cette année-là, nous avons étudié, mes camarades et moi, un chapitre sur cette société.

Dès lors que l’on a commencé à travailler avec le manuel, je suis tout de suite tombée sous le charme devant les images illustrant le cours. Le masque de Toutankhamon, les hiéroglyphes, les cercueils, tout ceci m’a émerveillée.

Photo du masque de Toutankhamon
Photo du masque de Toutankhamon (A la recherche de Toutânkhamon d’Alexandre Grenier)

Cette même année, en cours de Français, nous devions choisir un ouvrage à lire parmi une liste. Bien évidemment, j’ai choisi celui dont l’histoire se déroulait en Egypte.

Photo du livre d’Hélène Kérillis, La malédiction de Toutankhamon
Photo du livre d’Hélène Kérillis, La malédiction de Toutankhamon

La lecture de cette œuvre m’a fasciné. Depuis, Toutankhamon me passionne ; son histoire, sa descendance, son ascendance, son trésor, la découverte de sa tombe, la mystérieuse malédiction qui s’étend autour de lui… 

A partir de ce moment-là, j’ai eu envie d’exercer le même métier que Howard Carter, la personne qui a découvert le tombeau de Toutankhamon. 

Howard Carter, Arthur Callender et un contremaître égyptien regardent le sarcophage par les portes ouvertes des quatre chapelles dorées
Howard Carter, Arthur Callender et un contremaître égyptien regardent le sarcophage par les portes ouvertes des quatre chapelles dorées (Toutankhamon : Vie, mort et découverte d’un pharaon de Nicholas Reeves)

Pendant cette année de 6ème, je me suis également penchée sur l’apprentissage des hiéroglyphes. J’ai étudié ces signes à partir d’un papyrus illustrant des lettres alphabétiques qu’un de mes proches m’a ramené d’un voyage en Egypte. Actuellement, je ne travaille plus dessus mais j’aimerais les réapprendre. Le fait est que les hiéroglyphes peuvent signifier aussi bien un son qu’un mot. Tout dépend du contexte dans lesquels ils sont inscrits. Autant dire qu’il y en a énormément.

Depuis, je ne cesse d’enrichir ma collection d’ouvrages sur cette civilisation et, bien sûr, sur Toutankhamon. Les ouvrages grand public ou les publications scientifiques d’égyptologues, les journaux spécialisés, les articles sur Internet que j’ai lus et que je lis actuellement, les films que j’ai vus et que je vois de nos jours ainsi que les musées que j’ai eu l’opportunité et la chance de visiter ont participé à l’accroissement de cette passion.

Même si Toutankhamon prend une place importante dans la contribution de cette fascination, je m’intéresse à des sujets divers comme la construction des pyramides, le mystérieux décès de Cléopâtre, les énigmatiques hiéroglyphes dans le temple d’Abydos ou encore la découverte d’un papyrus à Ouadi el Jarf. Ce papyrus, découvert en 2013 par l’égyptologue Pierre Tallet et son équipe, serait le journal de Merer, un chef de chantier de la pyramide de Khéops.

 

 
Photo du papyrus découvert à Ouadi el Jarf
Photo du papyrus découvert à Ouadi el Jarf – Crédit : Mission archéologique de Ouadi el-Jarf – IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale au Caire)

La splendeur des temples funéraires, des pyramides, des statues, des hiéroglyphes gravés sur les murs ou transcrits sur les papyrus, des masques funéraires m’ébahissent. Tout est accompli avec une telle finesse que j’en reste bouche-bée.

Statue de Thoutmosis III - Musée de Louxor
Statue de Thoutmosis III – Musée de Louxor – Crédit : Wikipédia

Aujourd’hui, je n’imagine pas ma vie sans l’Egypte antique. C’est pourquoi, j’ai pour ambition de réaliser mon rêve et entreprendre le parcours menant au métier d’égyptologue. Pour cela, je dois effectuer une licence histoire de l’art et archéologie qui durera 3 ans, puis, un master et un doctorat spécialité égyptologie, qui comprennent respectivement 2 et 3 ans.

Réussir dans cette voie et pouvoir un jour effectuer ce métier seraient, pour moi, extraordinaire.

Emilie Lahaye

Cartouche situé sur l’accoudoir de droite du trône plaqué d’or découvert dans la tombe de Toutankhamon
Cartouche situé sur l’accoudoir de droite du trône plaqué d’or – signification : nom introduit par Sa-Ra, « fils de Rê » – Toutânkhamon heqa-Iunu-shema, « Vivante image d’Amon, seigneur d’Héliopolis en Haute-Egypte)
Toutankhâmon : Vie, mort et découverte d’un pharaon de Nicholas Reeves, éditions Errance